Sans Toi : L’autre vie

***   Chapitre 1   ***


J’ai encore eu les yeux plus grands que le ventre, mes sacs pèsent une tonne… Je n’arrive jamais à respecter ma liste de courses, tant la tentation de tester de nouveaSans Toi: L'autre vieux produits est forte. J’ai un peu de mal à avancer et à mettre un pied devant l’autre, j’aurais dû prendre mon caddie. Heureusement, je ne suis pas pressée, je profite de cette belle journée, bien qu’il fasse déjà froid pour la saison. Le ciel est bleu, les oiseaux chantent et les arbres revêtent de belles couleurs automnales. Je suis d’ailleurs étonnée de croiser si peu de monde ce matin.

Je tourne tout juste au coin de ma rue quand, soudain, je m’arrête net, prise de vertiges. Ma vision se trouble et je ne distingue que des formes indescriptibles devant moi. Je n’entends plus le bruit habituel des voitures qui klaxonnent au feu rouge. Seul un son me parvient, celui de pas lourds qui résonnent comme une menace. Je sens monter petit à petit une angoisse. Y a-t-il quelqu’un derrière moi ? Un homme, une femme ? Je n’en sais rien… Je suis dans un quartier calme du seizième arrondissement, il ne peut rien m’arriver, alors pourquoi ce sentiment étrange ?

Je tente de reprendre mes esprits et poursuis mon chemin, en accélérant le pas. Cet affolement est ridicule. Je ralentis, persuadée d’être simplement sujette à un quelconque malaise. Mais les pas derrière moi ralentissent aussi, comme si j’étais suivie. Cette fois, je jette un coup d’œil, mais je ne vois qu’une masse noire filiforme qui avance vers moi. Je cède alors à la panique et je me mets à courir le plus vite possible. Je ne croise aucun passant susceptible de m’aider. Je n’ai qu’un objectif : fuir. Les trois sacs que je porte me gênent dans ma progression. Heureusement, je ne suis pas loin de chez moi. En maintenant cette allure quelques secondes de plus, j’atteindrai rapidement mon immeuble, et je serai enfin en sécurité.

Dans cette course folle, je me cogne violemment à un lampadaire. Je trébuche et me rattrape de justesse à un vélo accroché au poteau. Je prends une demi-seconde pour regarder en arrière, espérant que ce soit juste une hallucination, mais l’ombre se met à courir et profite de ma chute pour réduire la distance entre nous. Je ne me laisse pas distraire, je reprends ma course effrénée. Dans la précipitation, je perds un sac, mais je n’ai pas le temps de le récupérer, j’ai trop peur.

Enfin, j’arrive devant mon immeuble. Je tape le code et je m’engouffre dans le hall, en rabattant violemment la porte derrière moi. Je m’appuie contre le mur, en fixant l’entrée, apeurée. Je reprends lentement mon souffle et mes esprits, retrouvant peu à peu une vision normale.

Un coup est donné contre la porte. Quelqu’un est juste derrière, sans doute mon assaillant. La panique revient, je lâche mes deux sacs. Je pourrais courir dans les escaliers ou me cacher à la cave mais je reste pétrifiée sur place. J’entends le bruit des touches qui s’enfoncent sur le clavier du digicode, puis le bip qui annonce le déverrouillage.

Il connaît le code ! Depuis combien de temps me suit-il ? M’a-t-il espionnée ? A-t-il analysé mes habitudes ? Qui cela peut-il bien être ?

Je suis terriblement angoissée.

Et soudain, la porte s’ouvre…


Acheter le roman

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s